• les 9m² qu'on apprecie à Paris.

    (A Paris, bien sur,) Avec des gens au bout de la ligne- sous entendu une fois les visage connus reconnus- , y'a moins de « fils qui se touchent » comme dit Monsieur S. .

    Monsieur S. se souvient de phrases écrites et lues, des phrases de lui et des phrases d'autres;
    Il les donnes à entendre, avec un air de « tiens-t'en-veux-j'te-l'donne », avec cette faculté de se souvenir précisément qui appuie et souligne sans malice, quelque part entre mon oreille maligne et la commissures de mes lèvres, le dessin de mon manque de mémoire.
    Au bout du sixième étage, après la cour intérieure, la porte C, l'escalier de service qui n‘en finit pas, se trouve à la place d'un palier simple (j'entend par la un nombre de portes qui se compte sur les doigts d'une seule main) un dédale de couloirs et de portes.
    Les six étages me poussent à contempler les toits quelques secondes.De la fenêtre ouverte, la lumière me rassure, le vent m'est précieux.
    Je suis tout en haut, au plus haut point de l'intérieur de l'immeuble, et comme les chats, je plisse les yeux.Respiration courte et mains dans les poches, j'affronte alors ce labyrinthe tapissé de rouge et d'or.
    Rouge et or dans l'après, mais bois et ombres ocres sous mes pas: entre des lavabos figés dans une autre époque, installés là contre toute logique, des portes condamnées, la poussière et les écailles de peinture, je n'ai pas d'échos.
    Dans l'obscurité, rien n'y est vraiment droit, ni les murs, ni les angles, il fait si noir que je ne peux pas voir le parquet et je n'ose pas regarder le plafond en face. Tout dans ces couloirs étroits parait sortir d'un monde ou "on" aurait du se sentir bien et ou « on » se sent mal, et ou je me plait bien.
    Je cherche le 19.
    Un dernier angle étrange et une porte est ouverte, à droite;

    un peu de ce qui fait qu'on aime, tout court, m'y attend sans que je le sache.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :